Evoluer consciemment PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien 
Mercredi, 18 Juillet 2012 22:15

Oui, cette certitude peut vraiment se manifester ouvertement à tout un chacun, si chaque individu surmonte son propre ego, car, en vérité, ce n'est que le brouillard de l'ego qui empêche la vision sur le règne de la vie véritable, du monde spirituel, au delà des changements perpétuels. Ce, en raison du fait que l'ego, le moi, accorde trop d'importance à son propre bien-être, parce que, chez la plupart, il continue à croître jusqu'à l'égocentrisme.C'est ainsi que le doute et les incertitudes planent au dessus de l'individu, comme au dessus de toute l'humanité terrestre, comme de sombres nuages d'orage, d'où éclatent pour le terrien, des coups de tonnerre et des éclairs imprévisibles, appelés à l'existence par l'égoïsme et le matérialisme, et tous les autres éléments indignes de la condition humaine, dont l'homme est devenu l'esclave et dont il est resté enchaîné. Combattre cela doit être l'un de vos premiers commandements, car ce n'est que lorsque le soleil de l'amour, qui incarne une manifestation de la vie, s'élève à l'horizon de votre psyché, par la reconnaissance de la vérité et que les nuages d'orages sont ainsi chassés, que vous serez en mesure de reconnaître à quel point vous êtes vraiment proches de la certitude et combien vos peurs et vos soucis étaient sans fondement. Malheureusement, à l'heure actuelle, pour un très grand nombre d'hommes, ce n'est que la mort de leur corps physique qui représente pour eux le début de la vie effective, et ainsi, le retour progressif du rayonnement du Sohar intérieur (splendeur créationnelle). Mais lorsque survient la prochaine incarnation, par la poursuite de l'ignorance, il peut se passer la même chose, dans une nouvelle vie, si la personnalité passée n'a pas péniblement lutté et travaillé, en vue d'une amélioration de la vie. Ce n'est que par un véritable processus de renaissance intérieur, que l'obscurité de l'absence de lumière absolue ou partielle est dissipée en l'espace d'une existence terrestre, lorsque la lumière des sens intérieurs vous devient visible et que l'action de la conscience de la vie ne vous apparaît plus seulement comme un destin accablant, que vous créez vous-même, en vérité, dans votre déformation. Mais si le Sohar resplendit enfin en vous, alors vous reconnaissez l'invisible, la puissance de l'Esprit et de la conscience, ainsi que leur force illimitée, comme étant le véritable facteur agissant, tandis que l'élément visible qui a agi s'estompe à nouveau en tant que schéma, mais subsiste en tant que souvenir durable et vivifiant, pour continuer à agir et à être utile en fonction de l'évolution. Chez beaucoup d'entre vous, derrière tout amour et désir aimant d'être un, c'est toujours encore la pure peur - la peur, avant tout, de la fin de l'amour, la peur du décès d'un être cher, la peur de la séparation et de la réunification, et avant tout, - la peur du changement de l'ici-bas vers l'au delà, qui est aux aguets.

Ces peurs s'associent chez ces personnes à de la douleur, émanant de connaissances et de doctrines erronées, selon lesquelles toute vie est toujours soumise à la mort et vit toujours aux dépens d'une autre vie, qu'elle doit détruire, pour exister elle-même. Vraiment, c'est là une pensée terrible, mais elle n'est que de nature terrienne et naît de l'incompréhension de la vérité authentique; car toute vie vit au détriment d'une autre vie, pour pouvoir subsister et vivre elle-même. Un élément est intégré à l'autre, et l'un aide à vivre un autre, pour être à nouveau intégré au processus, en temps opportun; lorsqu'il a fait son temps, et qu'il a rempli sa mission. La vie n'est pas un perpétuel sacrifice de soi-même et une immolation des autres, comme le terrien le suppose à tort, et se sent conforté à croire cela, par des doctrines erronées. En vérité, tout n'est qu'un perpétuel devenir dans le sens de l'évolution, sans cesse en progrès et uniquement dans le sens des règles, commandements et lois de la Création, auxquels la Création est elle-même intégrée, à tous égards.

Donc, il ne s'agit que d'une renaissance et d'un renouvellement sur une grande ère dans la roue des changements perpétuels. C'est ainsi que la disparition, la mort, s'étend jusqu'au coeur de la vie; mais, de même, la vie, le devenir, descend profondément dans le coeur de la mort, ce qui fait que deux règnes se complètent en un, qui se conquièrent en même temps et s'amènent, par étapes, réciproquement à se reconnaître. La vie ne tend pas à surmonter une seule disparition/mort, mais à supprimer, tout court, les changements perpétuels, par l'évolution. Elle travaille au développement vers le haut de tout ce qui est en devenir, à ce qui est impérissable au plus profond, d'innombrables myriades de formes de vie: au but final de toutes les créatures, à la Création, à la Conscience Universelle. Le sens effectif de la vie dans le domaine matériel est, dans une approche simple: la victoire personnelle sur l'ego, qui veut sans cesse dominer et l'évolution consécutive, dans le tout, de la conscience et de l'Esprit. Vous vaincre vous-même signifie donc que vous devez aider votre Soi le plus élevé à remporter la victoire, pour ainsi, à nouveau, reconnaître un Soi encore plus élevé, à savoir le Soi de la Création, au sein duquel vous vous éveillerez, par des évolutions encore plus élevées. Certes, c'est l'une des missions les plus ardues de votre vie, mais c'est également la plus belle, la plus précieuse et la plus féconde. Car derrière cette mission, c'est la certitude suprême de votre ETRE éternel, au delà de toutes les formes extérieures et physiques, qui vous attend.

Du fait que votre Esprit de la vie en vous représente une partie de l'énergie spirituelle de la Création, il importe de vous recentrer sur cette racine créatrice de votre être, afin que, par une véritable intériorisation, vous puissiez vous unir à ce qui est éternel en vous-même, car être un avec l'Esprit de la vie en vous-même, avec la partie de la Création en vous, signifie devenir absolument libre, et de la sorte, aussi, libre de la peur de disparaître, de la mort. Etre un avec le fragment de l'énergie créatrice en vous-même signifie reconnaître derrière votre ego extérieur un autre ego, à savoir: le Soi créateur. C'est assurément le plus grand, mais en vérité, pour l'homme non encore préparé intérieurement, le plus terrible qui puisse, en fait, lui arriver; à savoir, se voir et se reconnaître véritablement - son ego le plus personnel, qui s'étend au delà de toutes les sphères et les frontières et qui plane au dessus de tous les sens dans les régions infinies et humainement insaisissables de la Création. Mais celui qui s'unit au fragment Création en lui-même, à l'Esprit, résout en même temps l'énigme de la disparition de la mort, si terrifiante pour l'homme et malgré tout, en vérité, quand-même inoffensive, dans la mesure où il ne reconnaît la mort que comme étant l'autre versant de la vie, ne signifiant rien d'autre que le sommeil dans le domaine physique, qui succède à l'état d'éveil du jour. Seule le déraison humaine, l'ignorance et sa cécité s'imaginent que le sommeil est la face la plus sombre de la vie, ce qui fait qu'elle est du même avis en ce qui concerne la mort. Certes, il y a encore beaucoup d'autres facteurs qui se reflètent dans la peur de la mort, mais il serait insensé de tous les citer. Il suffit encore de vous expliquer: ce que le corps humain, délaissé par la vie, ne peut décrypter qu'incomplètement, cela, le fragment Création en vous peut le révéler dans toute sa netteté et vérité, à savoir, la certitude de votre absolue durée dans la Grande Ere de la vie temporelle.

Imperturbablement, vous devez diriger vos regards sur les devoirs de votre vie terrestre, en sachant qu'ici-bas ce sont les règnes de la matière brute qui prédominent et que dans l'au-delà, ce sont les règnes de la matière subtile qui prédominent, mais que malgré tout, les règnes séparés de l'ici-bas et de l'au-delà constituent un seul règne, présent au même lieu, bien qu'autrement dimensionné, et donc, pas non plus, à la même période. Certes, la somme totale de la détresse et de la souffrance sur la planète terre est apparemment beaucoup plus grande que celle de la joie et du bonheur. Ce n'est pourtant là qu'une illusion de votre part; vous qui, par vos doctrines erronées inculquées et transmises, soutenez la conception délirante et dangereuse qu'il en est effectivement ainsi. Il n'en est rien, pourtant, car la détresse et la souffrance, ainsi que la joie et le bonheur s'équilibrent constamment dans leur nombre.

Par votre manière de penser erronée, à elle seule, vous surévaluez la détresse et les souffrances, vous les enregistrez et vous les maintenez dans un souvenir perpétuel, tandis que vous oubliez trop rapidement la joie et le bonheur et que les souvenirs s'y rattachant se perdent aussi. En effet, vous n'avez pas encore appris à évoluer d'une manière équilibrée dans ces considérations et à enregistrer d'une manière égale le négatif comme le positif et à les préserver en tant que souvenirs. Mais malgré tout, vous êtes en mesure de voir et de reconnaître la destination de l'homme, ce qui vous permet de changer les circonstances et d'élaborer un îlot du Sohar et de la protection à partir des rives de l'obscurité. La durée du temps ne doit pas vous déranger à cet égard, car des millions et des milliards d'années vont encore se précipiter dans le passé jusqu'à la réalisation du but suprême. Beaucoup de millions et de milliards d'années vous sont encore allouées et données pour lisser à nouveau la face ridée, soumise à la Création, de votre patrie créatrice, mais à l'heure actuelle vous devez vous consacrer au changement qui vous est proposé, en vue de parvenir au but de l'évolution, de vraiment saisir, estimer et élaborer vers le but, la main secourable et les connaissances proposées.

Semjase
16 Juillet 1977

 

 

Rechercher

En vrac!

Francis Wolff - Qu'est-ce qu'un être humain?

Beaucoup pensent que l'être humain est pratiquement l'égal de l'animal. Sur cette vidéo, Francis Wolf nous démontre qu'il n'en est rien, que l'humain dispose d'autant de degrés de conscience qui le rendent singulier dans la création. (FR 15 min)

Lire la suite...
La prison où nous naissons

"Nul n’est plus esclave que celui qui croit à tort être libre."
- Goethe

Pour qu’une poignée d’individus puisse diriger et contrôler les masses, quelques structures doivent être en place. Ces structures sont les mêmes qu’il s’agisse de manipuler un particulier, une famille, une tribu, une ville, un pays, un continent ou une planète. En premier lieu, il faut établir des normes, définir le Bien et le Mal, distinguer le possible de l’impossible, le fou du sage, la mère et la putain.

Lire la suite...